Charlotte Silvera

Charlotte Silvera commence sa carrière dans le documentaire aussi bien dans les combats des femmes en France qu’auprès d’exilés argentins, et de dissidents soviétiques. Puis, elle réalise son premier long métrage Louise l’insoumise, l’histoire de deux enfants en conflit avec leur famille dans la France des années 60. Pour son deuxième long métrage Prisonnières, Charlotte Silvera s’attaque aux conditions de détention des femmes dans l’univers étouffant de la Centrale de Rennes. Outrée par la politique du "smic au rabais" proposée aux jeunes dans les années 90, elle réalise C’est la tangente que je préfère. En 2011, elle signe un huis clos oppressant Escalade où des adolescents sans morale ni scrupule kidnappent leur proviseure. Charlotte continue à exercer son métier fidèle à ses engagements et à sa soif de transmettre aux jeunes une vision sans peur du monde.

Film présenté lors du festival :


FILMOGRAPHIE SÉLECTIVE

2018 On l'appelait Roda
2011 Escalade
2002 Les filles, personne s’en méfie
1997 C’est la tangente que je préfère 1988 Prisonnières
1984 Louise l’insoumise